HOOT est une conversation imprimée, une relation orale retranscrite avec un·e travailleur·se du champ de l’art, un·e collectif·ve autour de la notion de travail en tant qu’activité, méthode, environnement, milieu, symbole et nécessité. Chaque mois, entre le 1 et le 31, qu’il s’agisse d’un mercredi ou d’un dimanche, HOOT propose à ses lecteurs·rices, une discussion que nous espérons passionnée, à bouches déliées. Chaque numéro sera retranscrit selon la langue utilisée et partagée lors de la conversation.

HOOT est une revue mensuelle initiée par Gufo, Clément Faydit et Rozenn Voyer.

Chaque numéro : 8€ + 2€50 de frais de port
Abonnement : 80€ pour 10 numéros

VOUS POUVEZ COMMANDER EN CLIQUANT ICI :)


#0 > SOLD OUT !
Ce numéro 0 est une réponse à l’invitation du Sissi Club, à Marseille, lors de l’exposition collective The Way of the Drunkard, du 11 Mars au 25 Avril 2021, en initiant des rencontres avec chaque artiste invité·e. Nous nous sommes attendu·e·s sur des plateformes de communication en ligne, téléphoné·e·s, vu·e·s. Le plus souvent, l’après-midi, parfois le soir ou selon les décalages horaires. Nous avons posé deux ou trois questions à chacun·e, comme on fait connaissance, avec intrigue et plaisir.

#1 > Fanny Lallart
Dans ce numéro, nous avons échangé et discuté des pratiques de Fanny Lallart, de la revue SHOW, d'autonomie, de visibilité, de feinte, d'amitié, d'écriture et de travail.

Gufo a rencontré Fanny après qu’elle ait déposé quelques revues SHOW à Giselle’s Books, une bibliothèque indépendante à Marseille. Nous nous sommes retrouvé·e·s au parc Longchamp et puis iel lui a proposé de participer à la revue pour le mois de mai. Iel a attendu quelques jours sa réponse et nous avons convenu d’un rendez vous en visio pour une première conversation: Marseille – Montreuil. Nous avons enlevé les caméras après s’être vu·e·s et nous avons commencé à échanger. Il était 18 ou 19 heures, le soleil s’est couché et nous avons raccroché. Nous nous sommes rappelé·e·s, il fallait revenir sur certains points abordés, les détailler et en démasquer d’autres. Fanny n’était plus à Montreuil mais chez des ami·e·s plus au sud; il y avait une montagne, parfois un peu de vent, c’était peut-être les Cévennes. Notre dernière rencontre s’est faite à Marseille, irl. Fanny nous a apporté un Cash, un jeu de loterie à gratter mais nous avons perdu.

#2 > Liv Schulman

Nous avons rencontré Liv par écrans interposés, en regardant un épisode de la mini-série « Que Faire ? ». Des phrases en sous titre se collaient à nos pupilles et se fixaient quelque part dans nos souvenirs. Le sous-titrage, comme la transcription d’une conversation, sont deux manières textuelles de traduire des paroles, des oralités, des environnements et des atmosphères. Le sous-titrage est le plus souvent synchrone avec le dialogue, au bas de l’écran ou parfois, comme au Japon, sur le côté. Les transcriptions que vous vous apprêtez à lire, elles, ont déjà eu lieu mais nous pensons que votre lecture les raviveront. Ces textes de paroles traduites s’accompagnent d’images-souvenirs. On se remémore, on oublie et puis on retrouve des archives. On essaie alors d’assembler les éléments, et avec ceux qui manquent, on invente. Parler avec Liv afin de tenter de saisir les silences et les mécaniques spéculatives laissés après la lecture des sous-titres de ses vidéos. Que faire ou plutôt ... comment faire avec ces phrases engluées qui ressurgissent parfois ? « Creativity is the unbearable desire. Is the everyday’s expression of failure » / « It’s not frustration that is revolutionary. It is revolutionarities that get frustrated ».