Gufo est une adresse, en tant qu’elle se propose à l’autre. Elle est celle où l’on se rencontre, mange, façonne, tout en observant et discutant, se reposant parfois.

Gufo est le projet d’une boulangerie d’artistes qui place en son centre l’acte nécessaire de manger afin de vivre, créer et fêter. Il s’agit d’interroger nos conditions d’artistes, de travailleur.se.s du champ de l’art et plus largement du travail, au détriment des impératifs qualifiés d’alimentaire, souvent fastidieux et pourtant indispensables. Gufo désire questionner nos moyens d’actions et de subsistances individuels et collectifs, nos conditions économiques et contextuels, nos énergies nécessaires et nos dépenses inhérentes.

A travers la production de pains, réalisés sur place, avec des artistes, des amateur.rice.s, des artisan.ne.s, et celleux qui désirent / ont l’envie de pétrir, Gufo aspire à une autonomie économique au delà de toutes contraintes étatiques et institutionnelles.

Soutenir Gufo, c’est :

- encourager l’un des espaces de diffusions artistiques, de recherches et de rencontres de la ville de Marseille.

- contribuer au bon fonctionnement de la boulangerie d’artistes, qui s’y nourrissent et alimentent divers projets artistiques.

- défendre et impulser l’échange, tel le don, le troc, comme outils de création et de production.

Le pain, comme élément, élémentaire, vital, symbolique, déploie chez Gufo son pouvoir fédérateur. Son échange est élan vers l’autre, mise en commun de ressources, promesse de soin, d'énergie et d’écoute. Par le pain, Gufo s’alimente en nourrissant, il nourrit tout en s’alimentant, dans une autophagie prospère et joyeuse.

Gufo est un espace de conversations : cela se définit par les attentions données et partagées, qui s’adressent à tous.tes.

Gufo peut être incarné.e.s, nommé.e.s, désigné.e.s, invoqué.e.s, mais ne se manifeste jamais sous une forme unique et reconnaissable.

Du pain et des roses.

GUFO.
_ _ _

Gufo is an address, a greeting in the way that it is a proposal and it is directed towards the other.

It is a place where we meet, eat, make, observe, discuss, and sometimes rest.

Gufo is the project of an artist’s bakery that places the act of eating, in order to live create and celebrate, as its primary function. It aims to question our condition as artists, as workers in the field of art, and more broadly, question the detrimental imperatives of a necessary side job.

Gufo wants to question our individual and collective means of action and subsistence. Our economic and contextual conditions. Our necessary energies and our inherent expenses.

Through the cooperative production of bread with artists, amateurs, craftsmen and those who simply wish to knead. Gufo aspires towards an economic autonomy, free from all state and institutional constraints. Buying bread at Gufo means encouraging and supporting artistic projects: exhibitions, publications, productions and research. It is also about eating forms, receiving artistic productions at it’s table, doomed to be swallowed and shared.

Bread, as a basic, vital and symbolic element, deploys in Gufo its collective power.

Its exchange is an impulse towards the other, a willingness to put in common resources, a promise of vitality, listening and care.

Through bread, Gufo feeds while nourishing itself and others; he feeds while feeding, in a prosperous and joyous autophagy.

Gufo is a space for conversation. It is defined by the attention given and shared. Gufo is for everyone.

Gufo can be embodied, named, referred to, invoked, but never appears in the same way.

Bread and roses.

GUFO.